Projet de recherche sur la requalification des berges de l’Aveyron selon une approche expérimentale en design privilégiant la dimension contextuelle. De la mémoire des lieux à l’actualisation des pratiques.
En collaboration avec l’archiviste Olga Ponchet.
Pour La cuisine, Centre d’art et de design, Nègrepelisse. www.la-cuisine.fr
Exposition itinérante du 28 avril au 15 octobre 2012.
Biennale Design Saint-Etienne 2013.

Les berges de l’Aveyron furent durant les deux premiers tiers du XXème siècle des lieux de villégiature très appréciés des locaux qui s’y rendaient régulièrement lors de parties de campagne du dimanche. Aujourd’hui, ces berges sont délaissées, à l’exception de quelques pêcheurs ou enfants qui vont y barboter l’été.
Requalifier ces espaces aujourd’hui, les nommer et les désigner. Trois lieux sont choisis sur les berges de l’Aveyron pour leurs particularités et leurs singularités : les berges de Nègrepelisse, de Cazals et de Saint-Antonin-Noble-Val.
Il s’agit d’évoquer la mémoire de ces lieux et des gens qui les ont parcouru, avec leur histoire, et de prendre en compte les pratiques actuelles de ces espaces, pour proposer des «Citations-Objets» qui suscitent ou évoquent de nouvelles narrations.
Des référents, ou repères, sur les berges de l’Aveyron, faisant «re-sortir» de chacun des contextes, des formes et des fonctions, qui prennent corps aujourd’hui dans un contexte d’artificialisation de l’espace et d’extension de l’urbain, en posant les questions de l’espace public et de la nature partagée.

Le plongeoir.
S’inspirant du lieu-dit «La piscine» aujourd’hui disparu, et de ses équipements d’époque : système de pontons, plongeoirs,…, cette « Citation-Objet » propose un espace flottant ancré en bord de berge ou ancré en fond de cours d’eau que l’on peut investir librement. Agissant comme un signal mémoriel, il peut aussi activer différentes fonctions selon la destination qu’on lui alloue. Un mini-belvédère sur le paysage environnant, un ponton de pêche, ou un véritable plongeoir installé en eau profonde.

La toile tendue.
S’inspirant du moment particulier lié à la lessive traditionnelle dans l’Aveyron, à l’occasion duquel un instant de détente au bord de l’eau était décidé pendant que le linge reposait, cette « Citation-Objet » propose un espace flottant en bord de berge voué à la détente et au repos : une toile tendue, un voile léger, sert de hamac, assise souple dans laquelle on peut s’asseoir ou s’allonger seul ou à plusieurs.

L’embarcation.
S’inspirant des activités de loisirs sur l’Aveyron et sur les berges, la promenade sur l’eau, la pêche en barque, le pique-nique, les fêtes,…, cette « Citation-Objet » propose un espace flottant ancré en bord de berge que l’on peut investir librement : une barque publique utilisable par tous dans laquelle on peut embarqué, s’asseoir, faire la sieste, pique-niquer à l’abri du soleil, ou partager un moment à plusieurs à la tombée de la nuit sous le parasol lumineux, prolongeant le temps festif des guinguettes et des lampions.

L’espace public est en grande partie l’Aveyron lui-même, puisque les berges sont pour beaucoup, des espaces privés. L’espace public est la surface de l’eau elle-même, à investir en différents points du territoire. Ainsi peut-on envisager un espace public flottant et évoquer l’idée de ville flottante.
Les différentes « Citations-Objets » provenant de leur contexte d’origine peuvent par combinaison, répétition et redondance, proposer différents espaces mobiles sur ce territoire liquide. Se déplacer, se décontextualiser un temps donné pour former une ville nouvelle, émergence de tous les contextes et lieux retrouvés, agglomérés, condensés, pouvant être redéployée ailleurs sur le cours d’eau. D’autres « Citations-Objets » provenant d’autres localités et d’autres contextes peuvent affluer vers cette ville flottante, la rendant plus complexe, et plus vivante.

Système modulaire
Flotteurs : bacs acier
Pontons : bois
Structure : métal
Toile : textile technique outdoor.

Trame modulaire 1 x 1 m
Dispositif minimal 4 x 2 m